ACTUALITÉS et HOMMAGES

Le centenaire de la réhabilitation

15 et 18 juin 2018




Vidéo proposée par le sculpteur Hervé Delamare, créateur du buste de Jules Durand, inauguré au Havre, le 15 juin 2018, à l'endroit même de l'ancien quai au charbon...

A Paris, le 18 juin dans la grand'chambre de la Cour de cassation.

Initiative de l'Association française pour l'Histoire de la Justice et de la Ligue des droits de l'Homme.

Sont présents autour de la famille de Jules Durand, une délégation de dockers du Havre, des Amis de Jules Durand, le député du Havre Jean Paul Lecoq, le président du TGI du Havre Benjamin Deparis...

Revivez ce centenaire en cliquant sur cette vidéo

Vous y entendrez notamment...

- Jean Paul Jean, président de chambre, cour de cassation.

- Denis Salas, magistrat, président de l'AFHJ

- Jean Pierre Castelain, président des Amis de Jules Durand

- Henri Leclerc, président d'honneur de la LDH

- Johann Fortier,  secrétaire du syndicat des dockers du Havre

- Jean Numa Ducange, professeur d'université

- Benoit Duteurtre, écrivain, petit neveu de René Coty

- Sylvie Humbert, historienne (AFHJ)

- Marc Hédrich, magistrat













Au Havre, le 15 juin 2018

Inauguration du buste de Jules Durand, quai Colbert (ex-quai au charbon), à l'initiative des Amis de Jules Durand.

Parmi une foule immense, sont notamment présents le Maire du Havre, de nombreux élus, le syndicat des dockers (et sa fanfare) et le sculpteur Hervé Delamare.

Un square Jules Durand à Paris

21 juin 2017


Aux côtés de la Maire adjointe de Paris, de la Maire du 14ème arrondissement et de Jean Pierre Castelain, président des Amis de Jules Durand, Madame Christiane Taubira, ex-ministre de la justice et Garde des Sceaux, a participé à l'inauguration du square Jules Durand, en présence des héritiers, du syndicat des dockers du Havre, de la Ligue des droits de l'homme, du député du Havre, Jean Paul Lecoq. 

Pour la première fois depuis un siècle, un ministre de la Justice évoque la mémoire de Jules Durand en saluant ce syndicaliste humaniste, héros du mouvement ouvrier : " Aujourd'hui, nous installons en fait Jules Durand dans l'espace public de la capitale. Et d'une certaine manière, c'est l'histoire ouvrière qui laisse trace ici, de façon à rappeler aux promeneurs qui était Jules Durand".

La plaque apposée à l'entrée de ce square, situé rue Léonidas dans le 14ème arrondissement (métro Alésia),  rappelle à juste titre que Durand fut condamné à mort pour complicité d'assassinat et réhabilité le 15 juin 2018.

Délégation des dockers du Havre portant le drapeau historique du syndicat des ouvriers charbonniers du Port du Havre, dont Jules Durand était le secrétaire en 1910.

Colloque sur les erreurs judiciaires

L'affaire Durand trouve enfin sa place !

Rouen 25 novembre 2016


"Punir et réparer de Jeanne d'Arc à nos jours", tel était  le thème de ce colloque organisé par l'Association française pour l'Histoire de la Justice. Il constituait une triple première : 

- C'est en effet la première fois que l'affaire Durand est évoquée officiellement parmi d'autres erreurs judiciaires bien plus célèbres telles que le procès  Jeanne d'Arc, l'affaire du Chevallier de la Barre, ou le procès Baudelaire.

- C'est aussi la première fois, depuis un siècle, que la Justice a enfin accepté d'aborder cette tragédie judiciaire.

 - C'est enfin un retour historique sur le lieu même du procès caricatural au terme duquel la peine capitale sera prononcée contre le syndicaliste, à savoir la salle de la cour d'assises, où Jules Durand fut précisément condamné à mort le 25 novembre 1910.

Un grand moment de mémoire et d'émotion !


Dans la salle historique de la cour d'assises de Rouen, Chrsitiane Delpech, petite fille de Jules Durand ainsi que des représentants des Amis de Jules Durand sont accueillis par le premier président, Paul-André Breton (de g à d. Michel Quertier, Marc Hédrich, Saida Azzhati, Jean Luc Dron).

Reconstitution lycéenne 

           

                "Jules Durand fait appel". 26 juin 2015

Sous la direction de leur professeur de lettres, Laure Raizon, les élèves du lycée François 1er du Havre ont relevé le défi de reconstituer le dossier judiciaire disparu à partir des rares documents d'époque (ci-joint). Dans un second temps, ils ont été accueilli au tribunal du Havre où ils ont mis en scène, avec l'aide de professionnels de la justice, le second procès de Jules Durand.

"Jules Durand fait appel", on en rêvait...ils l'ont fait !

Si le syndicaliste avait pu faire appel de sa condamnation à mort, comme cela est possible aujourd'hui, l'histoire aurait été sans doute différente. Sans surprise mais non sans émotion, le verdict fut en faveur de l'acquittement de Jules Durand, sous les yeux émerveillés de Christiane Delpech, sa petite fille.

Les photos sont de Philippe Merrand, avec les autorisations parentales obtenues par le Lycée. France 3 Normandie assurait la couverture de l’événement.


Un téléfilm exhumé !

"Boulevard Durand", téléfilm de Jean Paul Carrère

Cette adaptation de la pièce d'Armand Salacrou a été diffusée à la télévison française le dimanche 28 juin 1974. Depuis, ces bobines dormaient aux archives de l'INA !

Les Amis de Jules Durand se sont rapprochés de l'INA et du Studio, salle de cinéma du Havre, afin que ce film soit diffusé pour la première fois en salle le 26 novembre 2014.

Le lendemain, il était projeté dans l'amphithéâtre Jules Durand, fraichement inauguré, au sein de l'Université du Havre.

Pour ces soirées de lancement, nous avions retrouvé et invité Christian LOUVET, comédien ayant tenu le rôle de Jules Durand sur scène et à l'écran dans les années 60. Quand la mémoire rime avec l'émotion !

Interview de Christian LOUVET, après la projection du téléfilm dans lequel il tient le rôle de Durand 

LES RADIOS EN PARLENT...

Grâce à l'insistance des Amis de Jules Durand, les meilleures émissions de radio ont enfin couvert l'affaire Durand. Il était temps !


France Inter

La Marche de l'Histoire

"Jules Durand, ouvrier anarchiste et martyr"

France Culture

La Fabrique de l'Histoire

"Mort d'un renard"

       Europe 1

      Au coeur de l'histoire

      "L'affaire Jules Durand"


REVUE DE PRESSE

Parmi les trop rares articles de presse évoquant l'affaire Durand, voici ceux qui nous ont paru les plus plus intéressants ! Le premier article est de Thomas Deltombe, dans le Monde Diplomatique (2010), le second de Natalie Castets dans Libération (7 mars 2011), le troisième de Bastien Bocquel, dans Ouest-France (2018).

Premier hommage de la magistrature

Salle des Criées à la Cour d'appel de Paris (28 novembre 2010)


Congrès du Syndicat de la Magistrature / 27-28 novembre 2010

HOMMAGE A JULES DURAND,

VICTIME D'UNE JUSTICE DE CLASSE

Il y a tout juste un siècle, la cour d'assises de Seine Inférieure condamnait à mort un ouvrier du port du Havre, du nom de Jules Durand, accusé, sur la base de faux témoignages, d'avoir commandité le meurtre d'un « jaune », au cours d'une réunion du syndicat des ouvriers charbonniers dont il était le secrétaire.

Au terme d'une forte mobilisation syndicale en France et à l'étranger ainsi que l'intervention insistante de parlementaires et de journalistes, Jules Durand, sera finalement élargi puis innocenté par la Cour de Cassation en 1918. La machination patronale à l'origine de ce fiasco judiciaire sera alors clairement établie mais en dépit de sa réhabilitation tardive, Jules Durand ne retrouvera point sa dignité, ayant perdu la raison au terme de son procès et de son incarcération.

Aujourd'hui, force est de constater que cette « Affaire Dreyfus de la classe ouvrière », symptomatique de l'instrumentalisation de la justice par les puissances d'argent, est curieusement méconnue voire ignorée du grand public comme des historiens et des professions judiciaires.

C'est pour cette raison qu'un siècle après sa condamnation, des magistrats du Havre ont souhaité rendre hommage à Jules Durand en adoptant majoritairement la proposition de donner son nom à l'une des trois nouvelles salles d'audience du TGI. Mais l'affaire étant apparemment encore sensible pour certains, la hiérarchie judiciaire s'y est opposée, en préférant baptiser les trois salles d'audience A, B et C !

Réuni en Congrès, le Syndicat de la Magistrature entend s'associer pleinement à l'hommage rendu à cet homme, victime de l'une des plus grandes erreurs judiciaires du XXe siècle, et saluer la justesse de son combat pour la dignité humaine, le respect du droit syndical et la défense des plus démunis.

Constatant avec consternation la frilosité et la partialité de certains hiérarques judiciaires, le Syndicat de la Magistrature s'engage à soutenir toutes les initiatives visant à réhabiliter la mémoire de ce Dreyfus ouvrier.

Motion adoptée à l'unanimité, en présence de Christiane Delpech et de ses enfants, descendants de Jules Durand (dimanche 28 novembre 2010)

Et le combat contre l'oubli continue...Le Livre comme le Film y contribuent !.